Salut les cocottes ! Une nouvelle semaine commence et je vous fais mes retours sur ma sortie cinéma du week-end. Cette fois-ci, je suis allée voir Prémonitions et j’ai passé un très bon moment ! Retour sur mon avis…

Avant tout, campons le décor : Prémonitions (Solace en anglais) est un thriller américain d’Afonso Poyart, sorti en 2015. Un ancien médecin (Anthony Hopkins) qui a des prémonitions aide deux agents du FBI (Jeffrey Dean Morgan et Abbie Cornish) à rechercher un tueur en série (Colin Farrell) doté des mêmes dons.

Bande annonce :

Affiche du film PrémonitionsL’histoire :

Le FBI a sur les bras une série de meurtres non résolus. La seule chose certaine est que les trois personnes assassinées ont toute été tuées de manière indolore et rapide, à l’aide d’un long pique de 12 centimètres planté directement dans le bulbe rachidien. En somme, des meurtres “humains”. Les agents du FBI, dont l’un est une psychologue, n’arrivent pas à établir le profil psychologique du tueur qui n’a pas l’air d’avoir de motif pour tuer.

Dans l’impasse, ils se retrouvent donc obligés à faire appel à un vieux médecin qui a déjà accompagné des enquêtes du FBI par le passé. Ce dernier a la particularité d’avoir un don surnaturel : les premonitions. En effet, dès qu’il rentre en contact avec quelqu’un, des flashs sur son avenir lui apparaissent. Malheureusement, depuis le décès de sa fille atteinte d’une leucémie, il n’est plus le même. Replié sur lui-même et désespérément seul, il met du temps au début du film pour s’ouvrir aux agents du FBI et accepter de les accompagner dans leur enquête.

S’en suit ensuite un jeu de chat avec la souris au fil des découvertes faites par le médecin et de nouveaux meurtres (je passe les détails afin de vous ménager quelques surprises…). Une révélation se met petit à petit en place : le tueur a lui aussi des prémonitions, à un stade beaucoup plus développé et approfondi que le médecin.

Ma critique, mon avis :

Derrière ce film aux allures premières d’enquête policière, le spectateur est amené à réfléchir sur la question de l’euthanasie. En effet, au fur et à mesure de l’avancée de l’enquête, la question de l’euthanasie des personnes malades et en fin de vie se pose de plus en plus souvent. La question est : Faut-il mettre fin artificiellement à la vie de quelqu’un pour éviter des souffrances supplémentaires ? Ou est-ce que le fait de savoir que c’est la fin ne permet pas de vivre les derniers instants plus intensément et de donner les temps de dire “au revoir” à ses proches ?

Évidemment, le film n’apporte pas la réponse à cette question existentielle, mais remet un débat d’actualité sur la table.

Une autre chose que j’ai apprécié dans ce film est qu’il nous montre que dans la vie, il n’y a pas le bien d’un côté et le mal de l’autre. Cela est beaucoup plus complexe que ça, personne n’est tout blanc ou tout noir. Le spectateur pourra observe dans ce film un méchant “pas si méchant” et un gentil “pas si gentil”. Bon je sais, cela fait un peu cliché de dire ça, mais à l’heure des gros films américains de super-héros où le héros sauve le monde entier d’un coup de pouvoir magique (je grossis le traits :P) et bien cela est agréable de voir un film qui nous amène à nous élever au-dessus de cela.

En tour cas, j’ai passé un bon moment pendant ce film dont l’intrigue est bien ficelée, les rebondissements s’enchaînent facilement avec des personnages qui se dévoilent au fur et à mesure de l’histoire. Seul bémol, la chute que je n’ai pas trouvé logique par rapport au reste du film. Alors que le vieux médecin essaye de contrecarrer les plans du tueur pendant tout le film, il se laisse à la fin manipuler et fait ce qu’il attend de lui. Bref, un goût de “mal fini”, un peu bâclé.

Je vous recommande ce film si vous aimez bien les thrillers, vous passerez un bon moment et ressortirez moins bête de la salle de cinéma !

Et vous, vous l’avez vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Un commentaire sur “Critique de film : Prémonitions (Solace), 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *